Sélectionner une page

La passion, équilibre parfait entre le sport et le stress

Ou quand la passion sportive devient un outil pour gérer le stress

On dit souvent (et c’est prouvé scientifiquement) que pour mieux gérer son stress il faut pratiquer un sport régulièrement, encore mieux si celui-ci est fait dans la nature. Alors autant encourager les jeunes à bouger et à pratique un sport régulièrement.

Vivre dans son corps

Les adolescents et encore plus les enfants vivent pleinement dans leur corps. Le fait de pratiquer un sport les amène à exprimer physiquement les évènements qui leur arrive sans pouvoir toujours mettre des mots dessus. Cela prend environ 12 ans pour que le cerveau de l’enfant soit capable de commencer à gérer une émotion. Avant ça, tout passe par le corps et l’expression corporel. Ceci est en partie vrai tant que la pleinement gestion des émotions et la capacité à prendre du recul sur les évènements n’est pas acquises. C’est pourquoi, faire du sport leur permet de faire sortir certaines sensations dérangeantes par le mouvement de leur corps. Comme une bonne douche, ils se lavent de leurs émotions. Il en va de même pour l’adulte. Qui ne se sent pas mieux après une bonne séance de transpiration ou d’agitation de tous les muscles de son corps?

Gestion des émotions

À partir de 12 ans, l’enfant apprend à gérer ses émotions, c’est-à-dire à les rationnaliser, à prendre du recul sur ce qu’il vit et à faire le choix de ses réactions face aux différentes situations qui se présentent à lui. Encore faut-il lui avoir appris au préalable à reconnaître les émotions qu’il vit, ce qui lui appartient et l’avoir autorisé à vivre ses émotions. Prérequis essentiel pour qu’il puisse par la suite agir en conscience sur ce qui lui arrive. Par exemple, un enfant qui ne se sent pas autorisé à exprimer ce qu’il vit, trouvera peut-être dans le sport un exutoire pour continuer à fonctionner en société et en famille.

Apprentissage par l’expérience

L’apprentissage de la gestion des émotions est un processus lent qui s’acquiert par l’expérience. Là encore, le sport contribue à une saine gestion des émotions de l’adolescent et du jeune adulte à condition que le cadre dans lequel il est pratiqué soit considéré sécuritaire et sécurisant par l’enfant.

Ainsi à travers le sport, le jeune est mis en situation de réussite, d’échec, de joie, de peine, de stress, d’angoisse, de relations à plus jeune, plus vieux, d’entraide, de compétitivité. En résumé, il vit des expériences similaires à ce qu’il pourra vivre adulte. Bien accompagné dans cet apprentissage, il en tire un puissant bagage pour le reste de sa vie. Il pourra transposer ceci dans des situations similaires au niveau scolaire, professionnel, familiale et personnel. Le parent est au première loge pour guider son enfant sur ce chemin. Cependant, l’adulte est parfois lui aussi au prise avec ses propres difficultés ou limites face aux comportements de son enfant. Si jamais c’est votre cas et que vous ressentez le besoin d’accompagnement, il me fera plaisir de discuter avec vous pour explorer ce qu’on peut mettre en place ensemble.

Partagez :

Tu mérites de trouver la simplicité et la joie dans ta passion!

Réserve ton appel découverte maintenant!